?

Log in

Typhon Baal Hammon
19 août 2016 @ 00:52
Voici le sujet d'Ogma LXIV, tel que communiqué par Lays Farra :


Thème : Des Nécromanciens cherchent le dernier locuteur d'une langue autrement morte. Pourquoi ?

Contrainte : Au moins une scène doit se produire dans l'Espace.




Voilà, vous avez trois semaines à compter d'aujourd'hui. Je vais essayer de faire un peu plus de retape pour inciter des gens à participer.

Il faudra également que je récrive les règles un de ces quatre. Je suis comme d'habitude tout ouïe pour des suggestions.

Typhon
 
 
Typhon Baal Hammon
18 août 2016 @ 18:42
Il est de Retour, en allemand Er ist Wieder Da est un roman de Timur Vermes paru en 2012 et qui relate les aventures de Hitler, qui se réveille un matin sur un terrain vague de Berlin sans trop savoir lui-même ce qu'il était devenu depuis avril 1945.

Le narrateur du roman est Hitler lui-même. Au départ il est perdu dans l'Allemagne de 2010, où personne ne le reconnait de prime abord et où ceux qui le reconnaissent sont persuadés d'avoir affaire à un humoriste utilisant le method acting (Même les membres du parti d'extrême-droite ne réalisent pas que c'est le vrai).
Par ce biais, Hitler réussi rapidement à trouver des gens qui veulent le faire passer à la télé et il ne tarde pas à y faire un carton.

Bien plus que le très peu inspiré Le Retour du Général de Duteurtre, ou encore le ridicule La Part de l'Autre du gluant EE Schmitt (résumé du roman : "Ah la la, si Hitler avait fait une psychanalyse et un peu plus tiré son coup, il n'aurait pas été Hitler" ), Il est de Retour est un livre qui mérite à mon avis d'être lu, au moins une fois.

Sans être de grande littérature, le quiproquo permanent entre Hitler et les gens autour de lui est très amusant et les situations sont plutôt bien menées. L'idée centrale de la satire, que personne ne reconnaîtrait Hitler pour ce qu'il est, même s'il se ressemblait comme deux goutte d'eau, est assez mordante et plutôt bien pensée à mon avis.

Néanmoins, y a quand même deux reproches à adresser à ce livre. À mon avis le premier est qu'il se finit trop tôt. Je ne veux pas simplement dire que je l'ai apprécié suffisamment pour l'avoir souhaité plus long, mais surtout que la logique interne du livre, à mon avis, où Hitler se réveille soudain dans Berlin, clochard, et où petit à petit il se fait remarquer pour finalement se lancer en politique, exige que le livre se finisse sur sa reprise du pouvoir.

Le deuxième reproche, c'est que, pour un livre sur Hitler, il évoque finalement très peu son antisémitisme. Quand le sujet est abordé Hitler s'en tire par une pirouette, et je pense qu'on peut dire que c'est un grave défaut.
Peut-être que l'auteur a estimé que ça aurait été aller trop loin dans l'humour noir, mais ça me paraît assez déplacé dans ce cas de faire un livre humoristique sur Hitler. À ce niveau là aussi, il faut aller au bout de sa logique.

Si ça l'embêtait d'aller sur ce terrain il avait qu'à faire un livre sur Napoléon à la place.

Néanmoins, je le répète, c'est assez drôle et plutôt bien vu.




Ce roman contredit, ou, plus exactement, nuance une idée décrite dans The influenza of Evil par Scott Alexander :

«Neo-Nazis cannot be called “successful” in any sense of the word. Their PR problem isn’t just that they’re horrible – a lot of groups are horrible and do much better than neo-Nazis. Their PR problem is that they’re horrible in exactly the way that our culture formed memetic antibodies against. »

Le truc c'est que quand on crée un tabou, on lui donne de la force symbolique. Les "anticorps mimétiques hyperactifs" dont parle Scott Alexander constituent un puissant levier à la disposition de gens qui souhaitent choquer au maximum.

Et plus vous allez mettre en avant cette réaction, plus les gens qui vous haïssent vous provoqueront pour vous énerver.



 
 
Typhon Baal Hammon
08 août 2016 @ 00:32
Salut tout le monde ça roule ?

Cahin-Caha, cette nouvelle session de TO nous permet de repartir du bon pied puisque nous avons à nouveau plusieurs contributions ce coup-ci.






Je vote pour Lays. Vous avez quatre jours pour élire la meilleure contribution, un de plus que d'habitude parce que c'est les vacances et pis l'inflation, tout ça.




Vu l'égalité je prolonge jusqu'à dimanche soir.



Bon on est lundi matin et personne d'autre a voté, je décide de résoudre le problème en me désistant en faveur de Lays, qui a trois jours pour pondre un sujet pour Ogma LXIV.

Par ailleurs, je commence à penser que finalement deux semaines pour participer c'était pas plus mal et que de toute façon ce qui a l'air de compter c'est que je me bouge le cul pour faire la retape de Tétynons Ogma (et je suis vraiment pas doué pour ça, même quand j'ai pas d'autre problème pour me bouffer du temps).




Typhon
 
 
Typhon Baal Hammon
04 août 2016 @ 03:45

Il Maltese in Buda



60, Gül Baba Utca.
Sur les hauteurs de Rózsadomb, loin des rues congestionnées et de la canicule de Pest, dissimulée dans le feuillage, se dresse l'élégante villa de style Sécession, flanquée curieusement de deux tours.
Leurs bulbes sont la seule partie qui soit restée visible malgré la végétation - de fait, on les voit très bien depuis Vérhalom Utca.
Sous le soleil d'août, le quartier est entièrement silencieux.

Le jardin envahi de plantes et d'herbes hautes est depuis longtemps à l'abandon.

« Tu as une belle maison, Steiner. Même si tu ne l'as pas trop habitée. », dit-il en tirant sur son cigarillo.

« C'est la maison de mon père - j'imagine que c'est la mienne maintenant. Tu veux du Tokaji ? ».

Corto acquiesce. Il fait une chaleur écrasante sur la colline des roses.

« Franchement Corto, tu crois qu'on peut faire confiance à Raspoutine ? »

Corto rit. « Bien sûr que non. Mais c'est un ami. »

« Il ne dit pas même pas s'il cherche le trésor des tsars, une émeraude dans la grande synagogue, ou le trésor des Gépides. Je pense qu'il cherche surtout sa jeunesse perdue entre la Mandchourie et les mers du sud »

Steiner relit distraitement une communication intitulée « Le déchiffrement des bas-reliefs de l'île Quetzal », qu'il va donner le mois prochain à Prague. Glüzenbaum y sera et tout les autres aussi.

C'est à minuit sur le bastion des pêcheurs que le rendez-vous se tient. Corto contemple le Danube dont la forme se devine plus qu'elle ne se voit dans la nuit, au loin les rares lumières de l'île Marguerite se reflètent dans l'eau.

Soudain il n'est plus tout seul, deux silhouette se détachent contre l'ombre. L'une a la barbe sale et familière de Raspoutine et l'autre....
« Et bien Corto, ça fait longtemps »
« Tu es un peu loin d'Escondida »
« Corto, le Moine a changé de théâtre d'opération ! »

Et quand la lune se lève, elle éclaire le visage de Pandora




— Corto, qu'est-ce que tu racontes ?
— Je rêves à voix haute.


 
 
 
 
Typhon Baal Hammon
Les plus attentifs d'entre vous auront remarqué que la session d'Ogma LXII n'a pas été cloturée à la date prévue. Il se trouve que j'ai été victime d'une submersion de travail dont je commence juste à émerger.

Comme LCF a été le seul à participer à son sujet, il gagne automatiquement et il a jusqu'à la fin de la semaine pour donner un sujet à Ogma LXIII ou bien désigner quelqu'un pour le faire à sa place.




Par ailleurs, je continue à prendre les suggestions pour la version 3 des règles de Tétynons Ogma, toute idée pour dynamiser le jeu est la bienvenue.




Typhon
 
 
Typhon Baal Hammon
21 mai 2016 @ 22:15
Le Χ, χ est une lettre de l'alphabet grec qui notait en grec ancien le son /kʰ/ et en grec moderne /ç/ et /x/.
En français, contre toute logique, on le translittère généralement pas <kh> mais <ch> comme dans "christ", "chiroptère", "chtonien". Mais parfois si, comme dans "Tokharien" ou "Khéops", et encore, les orthographes "Tocharien" et "Chéops" existent aussi.

(oui, Khéops est un nom grec, en égyptien il s'appelait Khufu, et si seulement il s'était identifié au soleil il aurait pu s'appeler Khufu-Rê, le monde est mal fait)



Le son /x/ qu'on trouve dans l'espagnol "jota" /xota/ et l'allemand "ach" /ax/ n'existe pas en français.
Le son le plus proche en français est /ʁ/, surtout s'il est dévoisé comme dans "mars" ou "shrapnel" ou "fichtre".

Mais contre toute logique on notera généralement le son /x/ <kh>, comme dans "Tchekhov", "Khabarovsk", "Khorassan"... Cette notation est généralement assez cohérente sauf quand elle ne l'est pas. le <kh> de "khat" note ainsi un tout autre son.

Typhon
 
 
Typhon Baal Hammon
26 avril 2016 @ 19:26
Et le Créateur Fou a posté le sujet d'Ogma LXII (et non pas LXI comme il le dit) :

Thème: "Ce que le Sergent McGall trouva dans les jungles de Mlan Yan."
Contrainte : Vous ferez une chanson de geste.




Voilà, vous avez trois semaines, bonne chance.

Typhon
 
 
Typhon Baal Hammon
20 avril 2016 @ 22:44
Et l'édition n°61 de Tétynons Ogma touche à sa fin.

Sauf erreur de ma part, il y a eu trois contributions :



Voilà. Vous avez donc jusqu'à samedi 23 au soir pour voter. Que le moins mauvais ne perde pas.

EDIT, 23/4/2016, 00:01 : Victoire du Créateur Fou, qui a trois jours pour envoyer un sujet.

Typhon
 
 
Typhon Baal Hammon
19 avril 2016 @ 02:40

Saucissonné



Lorsque le pinceau sur la toile point,
Trace à dessein le dessin de seins doux
On est loin du génie du grand Boudin
Peignant des porcs resplendissants du groin
Plutôt que hurler, faites juste un bruit doux
Laissez là cet artiste si porcin
Éclipsez-vous pour l'île de Gorée
Vous verrez : il n'y a là que des gens bons
Qui jamais jamais ne feraient aux truies
Rien qu'ils ne voudraient point qu'on leur fit.




Voilà, il reste approximativement 24 heures pour contribuer.

Typhon